Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 06:45

 

 

     


 

…(de St James) les morceaux ont été faits par une entreprise de Louvigné – je ne sais pas laquelle, ça doit être l’Avenir – eh ben ! les Ricains, ils avaient vu le granit, et alors : C’était le bleu qu’avait remporté mais… SANS AUCUN NŒUD !*

Alors, ils avaient amené un client là-dedans, de chez eux forcément ! Pour surveiller le chantier et, on lui avait fait voir le granit : on lui avait dit faut pas de ça ! (les nœuds) Le gars, il n’avait que ça à surveiller pendant tout le chantier ! (rire) Eh

Ben ! Allez la voir : Moi, j’ai cherché… il y en a pas ! Et c’est tout piqueté, c’est pas bouchardé, c’est de toute beauté !

 

·        "Le nœud" est une trace naturelle d'un noir un peu grisâtre mais très dure que l'on trouve systématiquement dans le granit et qui, à mon sens, en fait le charme. Note S.P.

 

Clément

Repost 0
Published by Serge Prioul - dans Histoires de picaous
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 05:14

 

 

 

 Il y a eut une chance formidable à Louvigné : c’est que tous ceux qui travaillaient la pierre n’étaient pas réquisitionnés.

 

Ils travaillaient pour les Todt. J’ai fini là. Parce que…on devait prendre le camion le lendemain matin. On a été prévenus dans la soirée que le lendemain matin il fallait être sur la place pour prendre le camion allemand qui nous emmenait à Cherbourg. J’ai pris ma musette, me voilà parti par la route de Savigny. J’avais un tonton qui tenait un moulin dans le bas de la côte entre Landivy et  Fougerolles (la Motte). J’ai été me camoufler là un moment de temps… J’avais tellement la trouille des schleus… je me disais, je vas me faire ramasser… et puis tout d’un coup : … et puis mon père était bien avec le père M… (carrier) : il allait avec son cheval et son tombereau dégager sur la butte du petit Monthorin. Il avait des gars –  du moment qu’ils travaillaient pour les Todt – qui venaient du Tarn. Il y en avait plusieurs chez le père Ménard…

Il dit : « Il n’a qu’à venir. »  Me v’là arrivé là. J’étais heureux comme tout !

 

Théophile

Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 07:05

 

 

 

Il y avait un dépôt-vente de vêtements Forthomme de travail chez Jean Avenel, dans le coin. Il y avait la petite épicerie, les tables de café et dans l’autre pièce, il y avait des lits tout autour et puis il y avait la table au milieu pour boire aussi s’il y avait pas la place… Et le Jean Avenel qui rasait, qui coupait les cheveux le dimanche.
Ils avaient acheté ce terrain en face, pour s’installer carriers, ça n’avait pas duré bien longtemps… Il avait loué en jardin et il avait installé un jeu de boule à l’époque et ça ramenait du monde ! Il y avait les niches à lapins d’un côté et puis le jeu de boules de l’autre ! Et puis les bocks (parce qu’on disait « un bock » dans ce temps-là) et les sodas… ça marchait !

Et puis les « p’tits sous de café »… parce que c’était un sou de café, avec un p’tit pot… ou une Demoiselle !

                                                    Janine

 

 

 

 


Repost 0
Published by Serge Prioul - dans Paroles d'anciens
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 07:28

 

 

Cet article est, à titre d'information, plutôt destiné aux quelques lecteurs locaux de mon blog. Mais la démarche qui le motive vise bien chacun...

 

La Maison du Peuple, c'est le nom que j'aimerais voir porter cette association que mon amie Alice Damay-Gouin et moi voulons créer. Mais, avant tout, nous voulons débattre du fond et des motivations. Motivations que nous exposons dans le petit communiqué de presse que voici :

 

Suite au constat de l'abstention dans le canton comme au plan national, et au désengagement dû à un découragement de certaines parties de la société, dans un esprit laïc et républicain nous proposons une réflexion citoyenne. Celle-ci est ouverte aux femmes et aux hommes du canton désireux d'échanger sur des sujets d'actualité comme : l'abstention, la démocratie, la laïcité, le service public dans nos campagnes, l'emploi… et tout autre sujet éventuel proposé par une personne de l'assemblée. Nous espérons constituer ainsi un groupe de réflexion qui restera ouvert à toutes et à tous.

Une première réunion aura lieu le jeudi 5 mai à 20 heures à la salle des fêtes « Maison du peuple » de Louvigné-du-désert.

Venez nombreux

Mme Alice Damay-Gouin et M. Serge Prioul
 

 

"La Maison du Peuple", tout un symbole ! J'ai aussi pensé aussi au nom "Citoyenne" ; un qualificatif féminin qui, là encore, porte en lui tout son sens. "Laïcité", un autre mot plus que d'importance mais que nous n'avons pas voulu mettre en avant, car le terme a été plus que galvaudé ces temps-ci.

 

Mais, je le répète, avant tout, réunissons-nous entre gens responsables, démocrates, citoyens, regardons notre société et débattons...

 

 

(Article publié également sur mon blog littéraire)

Repost 0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 06:47

 

 

 

 

Mon père avait dit à Jean Patin que… « C’est pas bien que les apprentis et les p’tits jeunes ne savent pas toiser leurs morceaux… » Et donc c’est lui qui a commencé dans une classe de l’ancienne école de garçons à donner des cours pour toiser… aux p’tits jeunes de la Coopérative et… aux autres qui voulaient venir. Et quand Monsieur Timmonier a été en retraite d’instituteur et qu’il est revenu habiter Louvigné -parce que c’était un ancien tailleur de pierre, avant qu’il ne soit blessé à la guerre de 14 - … donc Papa qui était bénévole… ils ont commencé l’école qui est maintenant le CFA, oui !
Et à l’époque où il y avait les certificats d’apprentissage, les CAP… ils allaient à Rennes pour faire ça !

                                                 

                                                                  Janine

 

 

 


Repost 0
Published by Serge Prioul - dans Histoires de picaous
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 05:44

 

 

"Nous qui habitions sur le bord de la route… on voyait… il y avait un rémouleur… dans leurs roulottes avec un cheval. Ils arrêtaient tout le temps à côté de la chapelle. Il y avait un petit terre-plein, là ! Il arrêtait plein de gens… pour faire ci… pour faire ça… Nous qui étions fermiers juste au bord, c'est chez nous que tout le monde arrivait… Même ceux qui faisaient le tour de France… pour manger, les handicapés tout ça. Je me souviens d'un Monsieur qui n'avait que les poignets… il avait été brûlé."

                                                    Victorine (née en 1920)

 

 


Repost 0
Published by Serge Prioul - dans Paroles d'anciens
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 06:14

 

 

 

 

Cette fois c'est sur la Castille y Léon, un coin d'Espagne que j'aime autant que Gérard. Ah quand Gérard voyage, il visite pas les piscines... - il paraît qu'y'en a...

 

http://www.youtube.com/watch?v=S03if-vwU_s

 

 

(article paru simultanément sur mon autre blog)

Repost 0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 05:45

 

 

 

Les Portugais rendent hommage à Gérard pour ses images des années 80 pleines de pudeur et d'amitié. 
20 ans plus tard, quand je voyage dans le Barrosso, il me semble que rien n'a changé, ainsi l'ambiance dans ces combats de taureaux (2ème lien).
Pour ceux qui aiment : le Fado (1er lien)
 
(Article également paru sur mon autre blog)

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 11:48

 

 

 

Gérard Fourel est un photographe bien connu dans le pays de Fougères où il a exercé il y a quelques années. Il est, entre autres, l'auteur de reportages et d'ouvrages photos sur l'Espagne et le Portugal. Je me propose de mettre en ligne aujourd'hui son travail sur le monde ouvrier Fougerais :

 

http://www.youtube.com/watch?v=fyC9zrHR3M0

 

(Article qui paraît simultanément dans mon blog littéraire)

 


Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 05:59



" L’artisan doit être un ouvrier complet parce que… on n’avait pas les moyens de se payer d’autres corps de métier. Fallait qu’on soit mécanicien, forgeron, et dépanneur, bricoleur enfin tout… fallait qu’on fasse tout par nous-mêmes. C’est de là qu’est sorti des bons éléments. S’il fallait chercher des entreprises, ça coûtait terriblement cher et alors on était arrivé qu’on se dépannait nous-mêmes, quoi !
Tu sais qu’on aime parfois changer de catégorie de travail. A force de toujours faire la même chose, ça devient une habitude, c’est fatiguant, alors tu changes, c’est vrai !
Dans le coup, j’aimais pas faire la forge* mais enfin quand il y en avait de trop…"


                    Léandre

                    Artisan tailleur de pierre des années 50 à 90

 

* La forge des outils de tailleurs de pierre, évidemment. Un technique de trempe de l'acier avant tout.

Repost 0
Published by Serge Prioul - dans Histoires de picaous
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Louvigne-du-desert.over-blog.com
  • Le blog de Louvigne-du-desert.over-blog.com
  • : Des mots, des mots d'anciens, des mots populaires, des mots du quotidien, des mots doux pour dire que j'aime mais aussi des mots coups de gueule comme des cris... mais pas de mouton !
  • Contact

Recherche

Articles Récents